• 262 millions de tep produites pour 151 millions consommées
  • 40 % proportion du nucléaire en France en énergie primaire
  • 20 % proportion du nucléaire en France en énergie consommée

Graphique(s) de référence

Production primaire d'énergies renouvelables en 2011 par filière (19,5 Mtep - millions de tonnes équivalent pétrole - en 2011) Bilan énergétique de la France en 2011, en Mtep (million de tonnes équivalent pétrole)

Cliquez sur une affirmation pour voir les réponses et arguments liés.

Fermer

Mot(s) du glossaire

  • Énergie primaire

    Une source d'énergie primaire est une forme d'énergie disponible dans la nature avant toute transformation. Dans l'industrie de l'énergie, on distingue la production d'énergie primaire de son stockage et son transport sous la forme d'énergie secondaire, de la consommation d'énergie finale.

Télécharger cette fiche

Format PDF (102.96 Kb)

1

Bilan énergétique de la France

Pour un débat citoyen, il convient de savoir décrypter la réalité énergétique de la France.

Le modèle français

Contrairement à l'idée courante, notre système énergétique ne repose pas sur le « tout nucléaire ».

Environ 47 % de notre production d'énergie dépend du pétrole, du gaz et du charbon, 13 % est produit par les énergies renouvelables et 40 % par le nucléaire. Sans ce dernier, notre pays serait comme beaucoup d'autres, tributaire à 75 % des énergies fossiles, ces dernières étant très polluantes. Sans compter que l'exploitation nucléaire nous permet d'économiser chaque année, des dizaines de milliards d'euros d'importation en charbon et gaz. Les énergies fossiles sont, elles, en grande partie utilisées pour les transports (le pétrole alimente pour 30 % les poids lourds, et 50 % les voitures individuelles) et le chauffage, notamment le gaz. Mais de plus en plus d'électricité est produite avec cette ressource. Les énergies renouvelables ne constituent, en fait, qu'une faible part de notre énergie. Souvent symbolisées par le solaire et l'éolien, elles sont en réalité essentiellement produites par l'hydraulique, le bois de chauffe et les déchets. Mais quel journaliste osera illustrer un article sur les énergies « vertes » avec un tas de bois brûlé ou un barrage ?

Efficacité du système

Pourquoi faut-il produire beaucoup plus d'énergie que ce que l'on consomme ?

L'énergie consommée représente 62 % de l'énergie primaire. Loin d'être dû à un « gaspillage » industriel, cet écart de 38 % est simplement dû à la productivité des techniques utilisées. En effet, les rendements de nos systèmes de production d'électricité dépassent difficilement 35 %, hormis certaines énergies renouvelables et l'hydraulique (80 % de rendement).

Un débat biaisé

La concertation sur la transition énergétique a mis l'électricité au devant du débat national en l'amalgamant avec le nucléaire et en opposant ce dernier aux énergies renouvelables. Or, la part de l'électricité dans l'énergie en France, ne représente que 20 %. Quid des 80 % restants ? Assimiler l'ensemble du modèle énergétique français au nucléaire, c'est faire l'impasse sur les trois quarts de nos ressources et occulter autant de solutions. D'autant que l'utilisation massive du gaz et du pétrole éclairent la pertinence du  nucléaire civil et ce, malgré les exigences et questions qu'il pose. Comment cela est-il arrivé ? Serait-ce lié à un manque de pertinence des intervenants ? Cela semble peu probable. Cet « oubli » apparaît plutôt comme étant une volonté politique. En effet, ne parler que d'électricité est un moyen de ne parler que du nucléaire – civil, silence complet sur le militaire – et de surfer sur la vague « politiquement correcte » des énergies renouvelables. Au final, cela aboutit à un débat énergétique complètement biaisé et à des décisions qui le sont tout autant.

La fée électricité

L'importance que nous donnons à l'énergie électrique est liée principalement à sa proximité avec les usagers. Facilement disponible et sans pollution, elle améliore la qualité de vie. De plus, son rendement est incomparablement meilleur à celui des autres énergies, aussi bien pour les moteurs que dans les procédés industriels ou pour la production de chaleur. Mais attention ! L'électricité n'est pas vraiment une énergie en soi, il s'agit plutôt d'un « vecteur », c'est-à-dire, un moyen de transporter de l'énergie et de la consommer facilement. L'énergie que nous affectionnons tant est la chaleur issue de l'uranium, du charbon, ou du gaz qui est transformée en électricité puis distribuée dans chaque foyer.